L’heure est au multi-net pour Voyages-SNCF

L’heure est au multi-net pour Voyages-SNCF

Cet article a été publié il y a plus d'un an, il est donc possible qu'il contienne des informations qui ne soient plus d'actualité.

Lorsque le numéro 1 de l’e-commerce français s’exprime, le monde de l’internet francophone l’écoute attentivement. C’est une salle remplie d’entrepreneurs du numérique dont de nombreux startupers qui attendait l’intervention d’Yves Tyrode lors du dernier Web2Connect. L’occasion pour le directeur général de Voyages-SNCF de présenter sa vision d’internet en 2013.

Internet est mort, vive le multi-net.

Ne parlons plus d’Internet, mais des Internets. Ou plutôt du multi-net pour retranscrire fidèlement le propos d’Yves Tyrode. Selon lui, le web tel que nous l’avons connu jusqu’à présent était en fait une pangée qui ne demandait qu’à éclater. Cet internet rassemblant l’ensemble des terres émergées du numérique a fait son temps et ce supercontinent s’est aujourd’hui séparé en 4 nouveaux territoires que sont Apple, Microsoft, Google et l’Internet classique. Quid de Facebook ? « Tant qu’ils n’auront pas leur propre terminal, ils ne pourront pas prétendre à être un continent à part entière ».

Pour Yves Tyrode, chacun de ces continents dispose de ses propres codes, de son audience et les passerelles entre ces univers ne sont pas légion. Il s’agit donc d’être présent au sein de tous les écosystèmes en y développant des outils dédiés, mais surtout d’être le meilleur sur chaque support où la concurrence est forte.

Ainsi, tout le travail est multiplié par quatre et doit-être réalisé par des experts de chacun des quatre mondes. Tout cela a un coût, mais avec un client devenu très exigeant et recherchant une utilisation fluide et personnalisée, ces investissements sont aujourd’hui devenus indispensables pour Voyages-SNCF.

Trois conseils face à cette situation

Premier conseil : garder le client. Pour cela, il est essentiel de conserver la confiance de ce dernier au sein de chaque univers en mesurant sa satisfaction et en écoutant ce qu’il dit sur vous.

Second point : être bon techniquement. Connaitre à la perfection chacun des univers pour optimiser l’expérience utilisateur.

Troisième point : jouer collectif et créer des liens très forts avec les quatre acteurs. Yves Tyrode terminant ainsi son intervention par une main tendue aux startups françaises.

 

 

Voyages Sncf n’a pas les moyens de lutter contre Booking

Le constat est difficile à entendre, mais les chiffres sont éloquents. Alors que Voyages-SNCF génère 4 milliards d’euros de chiffre d’affaire, Expedia réalise 34 milliards d’euros et Booking 29 milliards de dollars. Difficile, pour ne pas dire impossible, de lutter contre un Booking qui investit dans l’acquisition de trafic l’équivalent d’un quart du chiffre d’affaire de Voyages-SNCF en l’espace d’un semestre !

Pour Yves Tyrode, la seule solution est de jouer groupé. Un message bien accueilli lors du W2C13.

Sébastien Repeto

Fondateur de l'Agence My destination, spécialiste du Community management dans le secteur du voyage.

More Posts - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn